Post M

The Entangled Storytelling of a Question

Giramonte, Florence

Cher lecteur,

inoutput est fier de vous annoncer que POST•M participera à la Semaine des Arts de l’Université de Paris 8 qui se tiendra du 26 au 30 mars à Saint-Denis.

Nous vous invitons donc à venir nous voir le jeudi 29 et le vendredi 30 mars à 11h et à 17h !

En attendant plus de détails sur les lieux des représentations, toujours en plein air, regardez un peu les photos de nos deux représentations en décembre !

A très bientôt,

Nerina

Bruxelles, Ixelles

Cher lecteur,

me revoilà après quelques temps d’absence un peu forcée ! J’en profite pour vous souhaiter de très bonnes fêtes, et pour faire un compte-rendu rapide des dernières évolutions de POST•M, notamment ses représentations.

Comme vous le savez, le 17 et 18 décembre derniers nous nous sommes retrouvés avec des publics nombreux malgré froid et intempéries au Parc de Belleville et au Jardin Hector Malot à Paris. Je tiens à remercier ces publics qui nous ont permis de partager le travail des deux derniers mois et qui se sont mis en jeu avec autant de courage !

Les deux représentations se sont très bien passées, avec de très belles rencontres entre amis, passants et inconnus qui ont été à l’écoute et qui ont voulu jouer avec nous. Comme d’habitude, cela nous a permis de voir ce qui marche et ce qui ne marche pas dans nos élans de folie, et aussi comment la discussion naît justement aussi de ce type d’exercice artistique.

Photo by ©Andrea Messana

Photo by ©Andrea Messana

Depuis, chacun de nous a repris sa route séparemment, avec des retours aux pays d’origine et des voyages en pays inconnus. Notre parcours commun n’est quand-même pas fini : les moments à retravailler et les spécificités dramatiques à amplifier sont nombreux, ainsi que les occasions futures de partager cette création avec le publi ne manqueront surtout pas !

Je vous quitte donc en vous souhaitant les meilleures fêtes et un très bon nouvel an, et POST•M vous donne RDV en ce 2012 plein d’espoir.

Nerina

Paris, 16ème arrondissement

Cher lecteur,

aujourd’hui est le grand jour. Nous sommes prêts et nous n’avons qu’une envie : c’est de vous accueillir et de vous ramener dans l’univers unique de POST•M !

A 15h en rue Piat à Belleville !

Nerina

Paris, 12ème arrondissement

Cher lecteur,

je m’excuse de ma longue absence, mais cette dernière semaine a été plutôt pleine.

J’en profite, par contre, pour faire un retour avec une annonce importante : samedi et dimanche prochains (le 17 et le 18 décembre), inoutput présente officiellement le travail des deux derniers mois !

©inoutput

La compagnie vous donne donc RDV à 15h :

– samedi en haut du Parc de Belleville (au square de l’angle entre rue Piat et rue des Envierges);

– dimanche au Parc Hector Malot (le long de la promenade La coulée verte : entrée par la rue Hector Malot).

Nous vous prions de bien vouloir réserver votre place en écrivant à nerinacocchi@inoutput.org !

Venez nombreux ! L’entrée est gratuite.

A très bientôt en chair et os,

Nerina

Paris, 12ème arrondissement

Cher lecteur,

hier s’est tenue une répétition ouverte à laquelle ont participé 9 personnes entre famille et amis. Je tiens à les remercier toutes et tous pour leur participation, qui nous est bien précieuse à ce moment d’évolution de POST•M. Leur présence nous a permis de nous rendre compte des moments à re-étudier, à re-travailler, et surtout elle m’a permis de comprendre le manque de continuité dans la présentation des différentes aspects dramaturgiques de la pièce.

Je suis donc prête à me relancer dans un travail de création de fond, d’articulation des différents éléments théâtraux et conceptuels. Voilà donc mon travail pour les trois prochains jours : m’assoir et écrire, noter, débattre sur papier quelle est la structure de la pièce en sont entièreté, quels sont les points à l’intérieur de celle-ci à élargir, agrandir, remesurer, et quels sont les moments à créer tout court.

Le tout avec un peu de répétitions pour ne pas perdre le goût.

Bon weekend !

Nerina

Paris, 12ème arrondissement

Cher lecteur,

il y a quelque temps, avant les élections espagnoles qui ont vu la droite gagner une majorité écrasante, Maria Gil Ulldemolins, une amie vivant à Madrid a proposé un modèle alternatif de vote . Ni elle ni moi sommes capables de juger sa valeur dans le contexte de la théorie politique et son application à la gouvernance, mais je trouve son impact sur l’imagination du pouvoir de choix politique du citoyen très intéressant.

Que pourrait se passer si chaque citoyen avait droit à deux votes ? Un positif et un négatif, de façon à voter pour un/e politicien/ne dont on considère partager la vision, les idéaux, les stratégies, et à contre contre une/e politicien/ne que l’on ne voudrait jamais voir au gouvernement. Qu’est-ce donc une façon articulée mais démocratique de participation politique et citoyenne ?

POST•M affronte ce questionnement plus ‘pratiquement’, c’est-à-dire à travers un questionnement actif et interactif de qu’est la participation citoyenne, mais les images de Maria m’ont intriguée et continuent à traverser mon esprit souvent. Surtout dans son optique d’artiste travaillant dans le domaine de l’éducation artistique comme instrument de conscience civile et civique…

Nerina

Parigi, 12esimo arrondissement

Caro lettore,

abbiamo avuto ieri una prima riunione con la squadra di marketing e immagine – ossia Andrea e Heather – e sono molto soddisfatta. Ho ritrovato con loro due l’affiatamento tipico delle squadre tecniche, che mi manca come l’aria e l’acqua, quell’affiatamento in cui si ride, si scherza, si cazzeggia eppure si è incredibilmente produttivi. Proposte e scelte concrete, scalette, agende, spirito di squadra. Tanta voglia di condividere quello che si è conguagliato, e il desiderio di tenerlo ‘segreto’ per far incuriosire tutti e fare la più bella sorpresa al momento giusto…

Che gli “attori” non se ne abbiano a male. È solo un piccolo tributo al dietro le quinte.

In techie spirit,

Nerina

Paris, 12th arrondissement

Dear reader,

just to follow up on yesterday’s post. I do know. Or, to put it plainly, I know a little more than yesterday. Anne Bogart’s words are always a comfort to me when panic sets in and I have no sense of direction. Yes, I will always feel a sense of inadequacy or inability to convey my own meaning, but there is also a space in myself where things do get clear once I commit to making them clear.

I spent most of this morning typing up my notes from yesterday, and they made sense. Interaction and community building are my focus in this creative process, as hard as that is while rehearsing and preparing the encounter with the audience. Narrative-building for identification purposes is not on my list of priorities. And characterization is, as everything in this piece, a question of choices, bold ones, and layering. Layering, layering, layering. Layers allow perspectives, and they allow the development of individual participation and collective strategy. As well as questioning. Where questioning brings constructive doubt, and constructive doubt allows self-observation, awareness and imagining something different, maybe more powerful, maybe less, but always innovating.

With Parc de Belleville ground under my feet,

Nerina

Paris, 12th arrondissement

Dear reader,

“Every time I begin to work on a new production I feel as though I am out of my league; that I know nothing and have no notion how to begin and I’m sure that someone else should be doing my job, someone assured, who knows what to do, someone who is really professional. I feel unbalanced, uncomfortable and out of place. I feel like a sham. In short, I am terrified.” Anne Bogart, A Director Prepares. London and New York: Routledge (2001). pp. 84

This is were I stand today. On the verge of creation, terrified. Terrified that I am not expressing myself correctly, and letting myself be misguided by other people’s expressions. That I am not filtering correctly what POST•M should be about. That I do not have the knowledge and the analysis needed for it. That my artistic abilities are will never be compelling enough.

And yet I know that I have moved before. And that, if I have come so far, it is out of need. So the road ahead must be walked somehow.

“When I am lost in rehearsal, when I am stymied and have no idea what to do next or how to solve a problem, I know that this is the moment to make a leap. Because directing is intuitive, it involves trembling and terror into the unknown. Right there, in that moment, in that rehearsal, I have to say, ‘I know!’ and start walking towards the stage. During the crisis of the walk, something must happen; some insight, some idea. […] I create the crisis in rehearsal to get out of my own way. I create despite myself and my limitations, my private terror and my hesitancy. In unbalance and falling lie the potential to create.” ibid. pp.86

Here I am. Lost and terrified. Letting the crisis be there, so that that decision, that potential to create can happen.

In the walk,

Nerina

Paris, 12ème arrondissement

Cher lecteur,

POST•M est arrivé à ce que j’appelle un point de maturation, c’est-à-dire à ce point où les idées doivent être transformées en gestes, actions, moments dramatiques, études et création de personnages, séquences et développement précis et motivés. Pour faire ce travail, il me faut du vide et du silence. Pour créer une certaine abstraction et distance qui permettent de distiller les discours et mouvements articulés jusqu’aujourd’hui.

Aujourd’hui a donc été ma journée de silence. Du vide créatif. Du manque d’articulation et de cohérence séquentielle artistique. Aujourd’hui j’ai plané, afin que demain ce soit une journée active. Pour écrire et réfléchir à comment défaire les noeux, comment créer une logique dramatique, comment ancrer les concepts que je retourne dans mon imaginaire depuis un plus d’un an dans une réalité bougée, parlée, chantée, photographiée et photographiante. Demain, ce sera una journée de précision.

Sur le fil des pensées,

Nerina