by nerinacocchi

Paris, 12ème arrondissement

Cher lecteur,

je lisais ce matin un article non publié d’une étudiante de Middlebury College, Lauren Sanchez, sur l’identité nord-africaine et africaine dans les banlieues parisiennes, en relation surtout aux mouvements sociaux de 2005. Je me suis retrouvée à sourire, comme une bêtasse, ma tasse de café à la main : les points de vue d’une culture à propos d’une autre sont toujours fascinants.

Les américains sont souvent emerveillés par comment les français – et surtout la politique et les institutions françaises – ne se reconnaissent pas comme société raciste, ou de toute façon encore fortement liée au passé colonial et à sa hierarchisation des ethnies et populations. Les français, et le italiens aussi, par ailleurs, considèrent toujours un peu les américains du haut en bas, comme si les millénaires de continuité culturelle et géographique leur donnaient le droit d’être “plus mûrs”… Les américains et les allemands regardent souvent les français comme désorganisés et incapables de construire un plan à long terme efficace et soutenable. Laissons tomber comment ils voient les italiens… Ou comment les italiens voient les allemands.

Bref. Les perspectives culturelles font partie du travail de POST•M. Les contradictions liées aux attentes et aux façons d’organiser et faire les choses sont un aspect fondamental de notre projet : trouver des façons de se comprendre et se respecter au-delà de ce qui nous est familier, ainsi que d’arriver à apprécier ce que ces différences peuvent apporter aux processus et aux identités de chacun(e).

Je suis la première à être frustrée par la “lenteur”, mais aussi exacerbée par le “hurry through”, le manque de précision à cause de la rapidité. J’aime bien prendre mon temps, mais j’ai horreur de ne pas être à l’heure. J’aimerais être dix pas en avant par rapport à tous mes collaborateurs, mais j’ai choisi de vivre et de travailler en un pays où les choses se font souvent à la dernière minute. Que ce soit en créativité ou en production, nous voici donc tous à devoir apprendre quelque chose les uns des autres. Avec patience, et un peu de sagesse. Avec clairvoyance, et beaucoup d’ouverture. Avec imagination, et de la souplesse.

En passant,

Nerina

Advertisements